Nous sommes le Dimanche 19 Novembre 2017

L'histoire d'Herbeuville

Herbeuville



Superficie: 671 ha
Population en 1999: 148 habitants
Population en 2010: 180 habitants
Habitants: Les Herbeuvillois
Nom en Patois: Les Marpaux


L'appellation "Herbeuville" tient son origine du mot latin "villa" signifiant domaine, et de l'anthroponyme germanique Herbert. Herbeuville appartient au canton de Fresnes-En-Woëvre et à l'arrondissement de Verdun. Avec les 31 autres communes du canton, Herbeuville est regroupée au sein de la communauté de communes de Fresnes-en-Woëvre.

Dès l'an 701, le village est mentionné sous le toponyme "Herberica villa" dans les lettres de Pépin d'Héristal, en faveur de l'abbaye Saint-Vanne, à Verdun. Cette donation occasionne l'érection d'une chapelle Saint-Vanne, au-dessus du village, dans l'actuel cimetière.

Durant des siècles, de nombreux pélerins viennent y implorer la guérison d'enfants atteints de catarrhe. Le pélerinage prend fin en 1885, quand la source est captée pour alimenter le lavoir public.

Le 21 septembre 1914, les Allemands envahissent le village. Le lendemain, ils emmènent tous les hommes, puis le 19 octobre, les femmes en les enfants, en Allemagne, dans le camp d'AMBERT. En 1915, un nouveau convoi d'hommes est acheminé au camp de RASTATT. La chapelle Saint-Vanne disparaît durant la Grande Guere et le village est entièrement détruit, pour être reconstruit en 1922 et 1923. Pendant cette période, les habitants sont logés dans des maisons provisoires. Certaines sont encore visibles dans la commune.

Dans l'église actuelle, on peut admirer une clef de voûte datant de l'ancien édifice et une statue de Sainte-Barbe provenant de l'ancienne chapelle du cimetière. Ce dernier a la particularité d'être un cimetière "ouvert", dont le coeur est une propriété communale et le pourtour propriété "privée" où chaque famille ancienne possède l'emplacement de sa ou ses tombes.

Les fonts baptismaux, datant du 17ème siècle, ont été retrouvés, enfouis dans la Place des Platanes. Ils ont été réintégrés dans l'église, en 1995.

Autrefois pays de vignes et de vignerons, le village comporte actuellement trois parcelles exploitées par le domaine de Muzy. Le charme des plantations fruitières, mirabelliers et cerisiers, en fleurs au printemps, attire de nombreux randonneurs.

Vincent CAVALLERA et Laurent TONA produisent des fruits réputés dans toute la région: cerises, nectarines, pèches, abricots, pommes, poires, grâce au microclimat des côtes de Meuse, ainsi que des productions légumières: échalotes grises, tomates, asperges...

La commune est alimentée par les sources ST-Vanne et possède, depuis 1920, son propre réseau d'adduction portable qui a été rénové en 2006.En 2006 également, les 5 fontaines construites par les Américains en 1918 ont été remises en eau.

En 2009, une deuxième fleur au concours régional des villages fleuris a récompensé les efforts de la commune en matière d'environnement.

Des travaux de dissimulation des réseaux ERDF, TELECOM, ECLAIRAGE PUBLIC sont terminés, Place de la Mairie. De nouveaux lampadaire sont installés.

Des travaux pour de futures constructions (voirie et réseaux) sont entrepris, rue de la Gare, Chemin de la Ligne, Chemin "A Faucha".

Depuis peu, les nouveux habitants qui étaient souvent des retraités font place à de jeunes ménages appréciant le calme de ses rues, la proximité de la forêt propice à de belles randonnées et le cadre accueillant et verdoyant du village.

Eglise Saint-Vanne

Construction: XVIème siècle
Composition: Pierre


L'église Saint-Vanne est une église en pierre qui appartient à la période du XVIème - XXème siècle.

Une première église, dotée d'une halle à deux vaisseaux, est construite au XVIème siècle, consolidée en 1562 et agrandie d'une collatérale au sud en 1779. Partiellement détruite pendant la Grande Guerre, elle est reconstruite dans le même esprit en 1927 et bénie en 1928, le baptême des deux cloches datant de 1936.

Au XIXème siècle, il existe à Herbeuville une coutume particulière lors du mariage. A la sortie de l'église, on offre au marié un bouquet assorti d'un compliment. En arrivant à la maison où se prépare le repas des noces, les mariés se placent l'un à droite, l'autre à gauche de la porte d'entrée, et reçoivent les voeux et embrassades des invités.

Jusqu'au XIXème siècle, lors du pélerinage qui se déroule dans le village, une neuvaine à domicile est suivie d'une messe dans la chapelle, puis d'une autre à l'église paroissiale, après quoi les pélerins se rendent au puits Saint-Vanne. L'un deux, le plus souvent la femme qui a fait la neuvaine, jette dans le bassin de la source une chemise de l'enfant malade. Si elle surnage, la guérison est assurée, tandis que le contraire est signe de mort.

Clef de voûte

Construction: XVIème siècle
Composition: Pierre
Lieu: Eglise Saint-Vanne

La clef de voûte est faite en pierre et appartient à l'église Saint-Vanne. Elle date du XVIème siècle et elle est située dans le choeur de l'église qui provient de l'ancien édifice.

Sainte Barbe

Construction: XVIème siècle
Composition: Pierre
Lieu: Chapelle Sainte Barbe du cimetière

Cette statue en pierre et datant du XVIème siècle, qui provient de la Chapelle Sainte-Barbe du cimetière, représente Sainte Barbe. Son attribut, la tour dans laquelle son père l'aurait enfermée, a disparu.


Fonts Baptismaux

Construction: XVIIème siècle
Composition: Pierre
Dimensions: 75cm de diamètre et 66cm de hauteur
Lieu: Eglise Sainte Vanne

Sa construction a eu lieu vers le XVIIème siècle. Ces Fonts Baptismaux ont un diamètre de 75 centimètres et une hauteur de 66 centimètres. Ils sont composés en pierre et appartiennent à l'église Saint-Vanne.

Ces fonts baptismaux quelque peu endommagés proviennent de l'ancienne église. Ils ont été retirés de la place des Platanes, où ils étaient à demi enfouis dans le sol. Ils ont été réintégrés dans l'église par la nouvelle municipalité en 1995. Selon la tradition, les parents de l'enfant baptisé se rendaient à la cérémonie uniquement accompagnés des parrain et marraine.

Saint-Vanne

Construction: 1927
Maitre Verrier: Jacques Grubber
Composition: Vitrail
Lieu: Eglise Sainte Vanne

"Saint Vanne mit son étolé au cou du serpent." Comme Saint Clément avait noyé un dragon dans la Seille, saint Vanne délivre la ville de Verdun d'un serpent, qu'il aurait délogé d'une grotte devant l'église Saints-Pierre-et-Paul. De nombreux miracles sont attribués à Vanne de son vivant, puis à son tombeau, sans réel recoupement avec des faits historiques. La tradition lui prête notamment le pouvoir de guérir les lépreux.

Croix monumentale

Construction: 1747
Compostion: Calcaire
Dimensions: 465 x 140 cm
Lieu: Place des Platanes



Marque de piété populaire, cette croix comporte un Christ accompagné d'un saint non identifié et des inscriptions suivantes:

- Au recto: "Jésus efface dans le sang le péché [...] pénitent"
- Sur le côté latéral droit: "Sans le pardon des ennemis n'espérez point le paradis"
- Sur le côté latéral gauche: "Si vous imitez ma souffrance, votre ciel est votre récompense"
- Au revers: "Jésus attaché à la croix [...]"
- Sur le socle: " [...]Sumpti [...] [a] andrea Warin" et "Gratia sit cruce"

Ancien hôpital Allemand datant de la guerre 14-18

Construction: XXème siècle
Composition: Pierre
Lieu: Goutineaux

Cette plaque commémore un hôpital allemand installé durant la Grande Guerre et désormais disparu.

Source: Patrimoine des communes de la Meuse - Editions FLOHIC

LA GRANDE GUERRE DES GENDARMES

Le 9ème Prix du livre d’Histoire de VERDUN a été décerné le 09 novembre dernier, au Centre Mondial de la Paix, à Louis N. PANEL pour son ouvrage « La Grande Guerre des gendarmes. »

Dans son livre, l’auteur cite l’action de la brigade de gendarmerie de Fresnes et de celle d’Herbeuville qui ont résisté à l’avancée allemande.

« Pendant plus de quinze jours, à l’effectif d’un brigadier et de trois gendarmes, ont défendu leurs résidences contre des patrouilles ennemies souvent plus fortes et ont nécessité, pour être délogées, l’intervention de détachements relativement importants. La brigade d’Herbeuville a même eu l’honneur d’obliger l’ennemi à la canonner.

Le 9 septembre, la brigade de Fresnes-En-Woëvre s’est emparée d’une automobile contenant un officier et un soldat allemand qu’elle a mis hors de combat. Poursuivie par un peloton de cavalerie, elle a pu s’échapper en ramenant l’automobile qui contenait des correspondances, d’où on a pu déduire des renseignements de haute importance sur la répartition des forces de l’ennemi et ses intentions.

Le brigadier FAUCHEU, commandant la brigade de Fresnes est décoré, à la date de ce jour, de la médaille militaire. Le Brigadier SCHIMBERG, commandant la brigade d’Herbeuville, est proposé pour la même distinction.

Le gouverneur tient à porter à la connaissance de tous les noms des gendarmes SALOMON,LENOIR,METENS, de la brigade de Fresnes, ROYER,CHAMPTIAUX, et BRUNET, de la brigade d’Herbeuville, qui, tous, sous la conduite des brigadiers cités plus haut, ont fait preuve de courage, de sang-froid et de résolution.(Croix de guerre avec étoile de vermeil) »

(Extraits des citations obtenues au cours de la guerre 1914/1918 par les militaires de la 6ème Légion de gendarmerie. Ordre général n° 33, gouverneur de Verdun du 15 septembre.

Les brigades de gendarmerie de Fresnes-En-Woëvre et d’Herbeuville sont les seules, en France, à avoir reçu la Croix de guerre avec étoile de vermeil.

Le général de Corps d’Armée, commandant la gendarmerie de la Région Est, profitera de l’année prochaine qui marquera le début du centenaire, pour commémorer l’action des deux brigades.

retour vers le haut de la pageHaut de page